Les anti-inflammatoires et le COVID-19

Anti-inflammatoires proscrits par le gouvernement, que penser des remèdes naturels ?

Etat des lieux

Suite à un avertissement du gouvernement sur le risque d’aggravation en cas d’utilisation d’anti-inflammatoire, surtout les AINS (non-stéroïdiens), les revendeurs d’huiles essentielles ont mis le hola sur l’utilisation d’un grand nombre d’entre-elles.

Naturopathe installée à Cuers (83, Var), je ne suis ni pharmacienne, ni médecin. Je m’en remets donc aux régulations apportées par le Dr Couic-Marinier pour étayer mes propos. Cette pharmacienne, aromathérapeute est aussi l’auteure de nombreux ouvrages et articles d’aromathérapie.

 

L’utilisation des huiles essentielles – précautions face au Coronavirus

Seule la gaulthérie couchée, la gaulthérie odorante et les huiles essentielles de bouleau (dont le bouleau jaune) seraient finalement concernées par la restriction concernant les anti-inflammatoires. Ces huiles essentielles contiennent en effet une très grande part de salycilate de méthyl, un dérivé proche de l’aspirine. Cette molécule leur confère donc une action anti-inflammatoire puissante.

Cependant, hormis les huiles essentielles contenant des dérivés semblables à l’aspirine, les autres huiles essentielles ne devraient pas être écartées. Au contraire, elles conservent tout leur intérêt thérapeutique en cette période de pandémie. Comme le précise le docteur en Pharmacie Mme Couic-Marinier, les anti-inflammatoires naturels n’ont pas du tout la même action que les anti-inflammatoires allopathiques.

 

On ne mélange pas les torchons et les serviettes !

Et oui, les anti-inflammatoires allopathiques (les « médicaments ») n’ont pas les mêmes effets sur notre organismes que les anti-inflammatoires naturels.

Les substances naturelles présentent une panoplie de vertus. Elles ne sont donc pas uniquement, et « simplement », anti-inflammatoire, mais peuvent aussi être immunostimulante par exemple. Ainsi, ces plantes boostent notre système immunitaire. En modulant la réponse inflammatoire, elle la rende plus adaptée face aux infections virales, telles que le COVID-19. C’est là toute l’intelligence des remèdes naturels. On pensera également aux produits de la ruche : la propolis est considérée anti-inflammatoire mais il serait franchement dommage de s’en priver.

 

Les plantes aux vertus anti-inflammatoires, stimulent le système immunitaires alors que les substances chimiques ont une action ciblée : celle de limiter la réponse inflammatoire. Or, la réponse inflammatoire est une mesure de défense de notre organisme. Elle fait partie des réactions innées du système immunitaire. C’est pourquoi les anti-inflammatoires allopathiques (dont les anti-stéroïdiens) sont proscrits en ce moment. L’inquiétude derrière l’utilisation de médicaments anti-inflammatoires est de masquer les symptômes du coronavirus. En baissant la poussée inflammatoire, le risque est donc de passer à côté d’un dépistage précoce, d’où la précaution de non utilisation.

 

Le mot de la fin


Mon conseil ? respirer un peu d’huile essentielle de lavande vraie ou de camomille romaine pour se détendre et continuer sereinement d’entretenir son immunité avec des produits naturels de qualité. De préférence, sous avis d’un thérapeute compétent.  



Je me tiens à disposition pour répondre à vos questions.

Le yoga prénatal.

Le yoga prénatal : bien-être physique et mental de la femme enceinte. Etre enceinte et en pleine forme, physique et mentale, grâce aux pratiques respiratoires.

Read More »

Bain dérivatif et perte de poids.

Bain dérivatif et perte de poids. Parlons des nombreux bienfaits du bain dérivatif, cette pratique d’hydrothérapie adoptée depuis bien des siècles… Oui oui, les bains

Read More »

L’helichryse italienne

Les bienfaits de l’hélichryse italienne. Quelle vertus de l’hélichryse italienne lui ont valu le nom « d’immortelle » ? Découvrez la belle italienne… Parlons un peu de

Read More »

Bienvenue sur Ma santé au naturel

Inscrivez vous à la newsletter pour recevoir toute l’actualité. Recevez en cadeau : un extrait de mon « Guide des hydrolats pour les tous petits ».